Accéder au contenu principal

Jour 2 (Mon Monte Carlo 2019)

6h15. Cette fois le réveil me sort de mon sommeil un peu trop tôt. Quelques minutes pour se préparer puis un rapide petit déjeuner avant de partir de l’hôtel à 7h pétante comme prévu. Avec un joli -9,5°C au thermomètre, on se demande comment seront les routes d’aujourd’hui mais il est peu probable que la neige soit de la partie.

50670666_373121396578437_5661063296116064256_n

8h15. Après une longue liaison jusqu’à Valdrôme pour reconnaitre l’ES3/6, nous devons patienter un peu car tout le monde se retrouve là mais nous sommes toujours derrière Mikkelsen. Nous saluons nos fidèles St Bernard de chez Metiorsport qui bravent le froid polaire dans cette cuvette à l’abri du soleil. De même que les bénévoles de l’ACM ou encore l’association qui gère le Terre du Diois et qui nous offre très gentiment 2 bouteilles de Clairette de Die. A 8h29 nous attaquons notre longue journée.

50416157_280775015916690_2068075067111112704_n50658267_667056617042957_3285053238683893760_n50498023_783416282050964_684494761939173376_n

11h09. Après un second passage dans Valdrôme, nous finissons notre premier tour dans l’ES4/7, Roussieux – Laborel. Deux spéciales très techniques, rapides par endroit et qui seront très sales comme l’année dernière. A l’arrivée à Laborel, le village est en effervescence. Il y a beaucoup de monde et on nous distribue là aussi jus de pomme et petits gâteaux. Je connais bien cet endroit entre le Monte Carl’, le rallye du Laragnais ou les nombreux essais vu depuis bientôt 10 ans.  Le petit musée invite Sébastien Loeb à venir jeter un rapide coup d’oeil et signer quelques objets. Nous, on profite de faire notre première pause et Jean Michel de discuter avec un ancien « adversaire » du Volant 206.

50405255_491065668087107_3675342019292561408_n50309956_393953214745019_4264933130864951296_n

Un certain champion du monde essaie de brouiller les pistes sur cette photo.

50492044_2300184523587107_2270390257503436800_n

Sur les liaisons, nous sommes tantôt escortés par Loeb et Sordo, tantôt par Lappi et Ogier. Je suis déjà rassuré sur le choix de mon plan de recos et des timing qui sont quasi respectés à la minute prêt.

50279674_382072035706274_6822248927685771264_n50439809_2154308407960736_2882104608178569216_n

12h45. Nous retrouvons, enfin, Ivan et son camping car pour la pause du midi. Ses pâtes sont toujours un régal et cela fait du bien de sortir un peu et d’avaler quelque chose.

14h04. Nous attaquons notre tour de l’après midi avec les ES 5/8 et 1. Encore de sacrés morceaux et une entame de rallye corsé. Mais le décor et le temps sont toujours autant magnifiques. Nous bouclons la dernière spéciale à 16h57 et je compte déjà les heures qu’il me reste pour travailler.

50878303_617037355391465_999527877206605824_n

17h32. Nous arrivons à notre hôtel. Je file dans ma chambre et attaque mon travail de l’ombre avec la mise au propre de notre partition créée aujourd’hui. Voici une vue de mon bureau avec le cahier bien sûr, la feuille de gauche qui me sert de brouillon pour certaines corrections compliquées, la trousse, la vidéo pour checker certains passages et tous mes petits papiers et post-it où je note ce qu’il me reste à faire sur mes notes, les rendez vous du lendemain, les choses à faire, etc …

50539544_243051323266021_1097842955672092672_n

20h00. J’ai terminé la moitié de mon travail et je m’accorde une pause pour le repas. Le chef a été compréhensif sur mes obligations et en moins de 30 minutes je suis de route dans ma chambre ! A titre d’info, il m’aura fallu 1h07 pour mettre au propre l’ES3/6, 47min pour l’ES5/8,  1h22 pour l’ES4/7 et 55min pour l’ES1.

00h00. Mes cahiers de notes organisés par journées sont prêts, je suis à jour sur la mise au propre et je m’accorde les prochaines 45min à la rédaction de ce 3ème carnet (déjà !). Il me restera alors 6h15 de sommeil ce qui est plutôt correct me connaissant !

A demain pour la dernière journée de recos et merci pour vos retours très positifs !

hiringa25 Tout afficher

C’est en feuilletant un vieux magazine de l’année 1994, que mon attrait pour le rallye a commencé. Il aura pourtant fallu attendre le Monte Carlo 2000 pour que j’aperçoive en vrai ces autos et ces pilotes qui me faisaient tant rêver. Depuis, cette discipline hors normes à guider ma vie, sous différentes formes, et j’ai désormais la chance d’y travailler au quotidien comme coordinateur sportif et copilote.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :